Historique de la société Bourgain & Fils

Depuis sa création (1921)

Créée en 1921 par Joséphine Bourgain, l’entreprise,  issue d’une forte tradition maritime et de pêche, était déjà implantée dans le quartier de Capécure, à proximité du port où se côtoyaient les ateliers et les habitations.

  Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale et les bombardements successifs du port et des quartiers avoisinants, complètement ravagés, qu’il fut décidé de regrouper les entreprises du monde maritime sur un même espace.

  C’est ainsi que la zone de Capécure, telle que nous la connaissons aujourd’hui, fut reconstruite.

bourgain-et-fils-josephine-bourgain

Joséphine Bourgain

bourgain-et-fils-historique

Chalutier « Le Fladen ® » dans les années 1950

  L’abondance du poisson, après 4 années de guerre, de privation et la forte demande, a permis une reconstruction et une expansion rapide des entreprises qui souhaitaient s’y installer.

  Cette ambiance a permis à Solange et René Bourgain de reprendre le Flambeau familial.

  L’abandon de l’activité « pêche », quelques années plus tard, dans les années 50, permit de  concentrer l’activité sur le saurissage et construire les bases d’une entreprise familiale.

  Le couple, toujours soucieux de l’évolution de l’entreprise et à l’écoute de la clientèle, adopte des conditionnements plus adaptés à des réseaux de distribution, de coopératives et de succursalistes, ancêtres de la distribution moderne.

bourgain-et-fils-quai-debarquement-huile-de-Brenet

Débarquement du poisson sur le Quai Gambetta dans les années 50

bourgainetfils-salaison-historique

Atelier de salaison dans les années 50

  L’ainé des fils, Jean Luc, vient les rejoindre dans les années 60, consolidant une fois de plus l’édifice. Les années 70 marquent un tournant, en optant pour une des toutes premières cellules de fumaison automatisées qui ne se substituera pas aux cheminées traditionnelles en briques, mais viendra les compléter. Ce nouveau type de fumoir va permettre d’ajouter à la gamme de la saurisserie traditionnelle, le légendaire saumon en provenance d’ALASKA, qui demande une exposition moins longue à la fumée, mais dont la délicatesse de la chair nécessite une maitrise parfaite du process. Un ordinateur relié d’une sonde aux cellules de fumaison permet de programmer les temps et températures de séchage et de fumage.

  Durant cette décennie, la technique du tranchage évoluera et se mécanisera réduisant ainsi la pénibilité de cette tache manuelle. Seules les mains expertes et délicates de jeunes femmes permettent de mettre une feuille de cellophane entre chaque Tranche. Martine, l’épouse de Jean-Luc, rejoindra l’équipe, gérant l’administratif qui se développe au rythme des nouveaux clients. Durant cette période, le conditionnement  sous vide se généralise , aboutissant à la pochette sous vide 200 g, qui supplante le ballotin cello et la boite bois, dans les rayons des supermarchés et points de vente. Les crises successives que connait la pêche du hareng vont considérablement changer la donne, entrainant de nombreuses entreprises à la fermeture.

bourgain-et-fils-saumurage-en-bac-des-harengs-annee80

Saumurage en bac des harengs dans les années 80

  L’éloignement des lieux de capture favorisera la congélation pour l’acheminement  et aura pour conséquence, la dessaisonalisation de la fabrication en général, et la fumaison en particulier. La société Bourgain & Fils, dont le logo est un chalutier, franchit avec succès ce périlleux cap, contre vents et marées. Les années 90 seront marquées par la mise aux normes sanitaires, à l’échelon européen.

  Chez Bourgain & Fils, un investissement conséquent est consenti pour répondre à cette exigence. Sandrine et Pascal rejoignent l’entreprise, permettant ainsi à René et à Solange de prendre une retraite bien méritée après toute une vie de labeur, consacrée à l’entreprise familiale.

  Cette transmission trouvera une nouvelle collaboration avec les ainés. Les jeunes dirigeants, issus de la 3ème génération, réussissent le pari de moderniser l’entreprise, franchir le deuxième millénaire et souffler les 90 bougies de la « Vieille Dame ».

  Sandrine et Pascal, co-gérent l’entreprise familiale après le départ en retraite de Jean-Luc  et Martine en septembre 2013.

  L’ambition affichée,  est de maintenir le cap dans la continuité, et d’atteindre les 100 ans de la société en 2021.

  Une restructuration des ateliers et un redéploiement de la stratégie et du développement commercial, seront réalisés avec une équipe restreinte et motivée, afin d’atteindre cet objectif.